Critique Orange Mécanique

Critique Orange Mécanique orangemecanique50607

« Orange Mécanique » est certainement l’oeuvre d’anticipation la plus marquante du 7e art. Dans les mains du génie visionnaire Kubrick, le roman d’Anthony Burgess devient monument de cinéma. Le jeune Alex, chef de bande de 3 « droogies », incarnation du mal, est ici interprété par un Malcolm Mcdowell terrifiant, au regard glaçant. Ses maîtres mots : violence, sexe et débauche. A la fois dérangeant et fascinant, « Orange Mécanique » est une oeuvre singulière à l’esthétique divine, un combat chorégraphié sur un air de Neuvième Symphonie. Kubrick choque mais dénonce, au travers du cercle vicieux de la violence, une société corrompue, oscillant entre violence physique et symbolique. Une oeuvre pessimiste au plus haut point, représentant un indispensable de Kubrick.

185-ac05a10c441

Par Mat

0 commentaires à “Critique Orange Mécanique”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
CAMEROON24 .. l'info camero... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog du niveau intermédiaire
| fellationx69
| Gregmontres